Ostéotomie maxillaire

L’ostéotomie maxillaire est une intervention chirurgicale courante permettant de rétablir le positionnement normal de la mâchoire supérieure. Pourquoi avoir recours à cette opération, comment se déroule-t-elle, quelles sont les suites opératoires et complications éventuelles, à quels résultats s’attendre ?


Dr Roul-Yvonnet » Interventions chirurgicales » Chirurgie orthognatique » Ostéotomie maxillaire

Définition et objectifs de l’ostéotomie maxillaire

L’ostéotomie maxillaire (aussi appelée ostéotomie de Lefort 1) est une chirurgie de la mâchoire consistant à replacer les segments osseux en vue du rétablissement d’un positionnement normal de la mâchoire supérieure et de l’arcade dentaire dans les 3 plans de l’espace. L’ostéotomie mandibulaire, est quant à elle une opération visant le repositionnement de la mâchoire inférieure.

Les patients ayant recours à une ostéotomie maxillaire souffrent le plus souvent d’une anomalie de l’occlusion dentaire. En effet, lorsque la mâchoire supérieure n’est pas positionnée de manière adéquate, l’emboîtement des dents ne s’effectue pas comme il le devrait. Cette opération permet aussi de corriger des anomalies telles qu’une béance dentaire antérieure, une rétromaxillie, ou bien un sourire dévoilant excessivement (ou, au contraire, insuffisamment) les gencives.

Outre le souci esthétique que cette anomalie du maxillaire suscite, d’autres conséquences plus handicapantes peuvent survenir avec le temps et justifier d’une telle intervention, telles qu’un risque accru de déchaussement des dents, une difficulté (voire même une impossibilité d’appareillage en cas de perte des dents), une gêne pour l’alimentation et l’élocution, ou encore des problèmes d’articulations de la mâchoire occasionnant des claquements, contractures musculaires et douleurs.

Ainsi, l’ostéotomie maxillaire est très souvent associée à un traitement orthodontique, réalisé avant et après l’opération afin de consolider ses bénéfices. Parfois, une ostéotomie mandibulaire (on parle alors d’ostéotomie bimaxillaire) et une génioplastie (intervention sur le menton) lui sont également associées, notamment en cas de prognathie (menton en avant) ou rétrognathie (menton en arrière).

Se préparer à l’intervention : consultations et consignes pré-opératoires

L’intervention de l’ostéotomie maxillaire est une opération de la mâchoire couramment pratiquée. Les dernières avancées pharmaceutiques et techniques en font une opération sure et confortable pour le patient.

Des consultations avec le chirurgien sont programmées en amont de l’intervention, afin qu’il puisse étudier en détail l’état de la mâchoire ainsi que les radiographies et moulages spécifiques, puis définir l’opération de manière optimale.

Avant l’opération, le patient doit avoir cessé de fumer et de consommer des irritants (alcool, aliments épicés, etc.) ainsi que de l’aspirine au moins 10 jours avant (puis jusqu’à cicatrisation) et doit être à jeun à partir de minuit jusqu’à l’heure de l’intervention (ni boissons, ni aliments, ni tabac). Il doit également s’être brossé les dents afin de garantir une hygiène buccale optimale.

Ostéotomie maxillaire : intervention

Hospitalisation

La durée de l’hospitalisation pour l’ostéotomie maxillaire est de 1 à 3 jours en moyenne. L’intervention se fait à jeun et sous anesthésie générale, et dure 1 à 3 heures selon les cas.

 

Déroulement

Pendant l’ostéotomie maxillaire, le chirurgien réalise des incisions dans la muqueuse de la bouche, afin que les cicatrices après l’opération ne soient pas visibles par l’extérieur. Il coupe ensuite le maxillaire au-dessus des dents, afin de pouvoir le déplacer dans la direction souhaitée.

Cette chirurgie est dans la majorité des cas (dans l’activité du Docteur Roul-Yvonnet) guidée par ordinateur, avec des gouttières sur mesure adaptées au patient. Ces gouttières sont imprimées en 3D et permettent de positionner de manière précise la mâchoire, selon le plan de traitement prévu.

 

Ensuite, il fixe les fragments osseux à l’aide de vis et de mini-plaques en titane par ostéosynthèse.

L’opération se termine par la fermeture de l’incision buccale, à l’aide de fils résorbables. Le lendemain de l’intervention, le chirurgien place des élastiques afin de stabiliser et guider les mâchoires selon la nouvelle occlusion.

Après l’intervention

Suites opératoires

Après l’ostéotomie maxillaire, le patient peut souffrir d’un œdème des joues et des lèvres (très fréquent, à calmer à l’aide de poches de glace à appliquer les 2 premiers jours), de saignements de nez (fréquents, mais sans gravité), et de douleurs modérées (calmées à l’aide d’antalgiques).

Si les mâchoires ont été bloquées, il conviendra de prévoir une alimentation liquide pendant toute la durée du blocage. En l’absence de blocage des mâchoires, il est fréquent d’observer une limitation de l’ouverture de la bouche pendant quelques jours, ce qui nécessitera d’adapter son alimentation en choisissant des aliments mous ou mixés. Pour ces raisons, il est possible d’observer une perte de poids et une fatigue après l’intervention.

Une consultation postopératoire une dizaine de jours après l’intervention est à prévoir, ainsi qu’un suivi médical s’étalant sur plusieurs mois, afin de faire face aux complications éventuelles.

Des séances de kinésithérapie peuvent également avoir lieu, avec des drainages lymphatiques et une rééducation des articulations de la mâchoire afin de retrouver une mobilité optimale rapidement.

 

Complications éventuelles

Comme tout acte médical, l’ostéotomie maxillaire présente un risque de complications, telles que des saignements abondants, une diminution (voire perte) de la sensibilité de la lèvre supérieure, une infection des tissus de la joue, une paralysie des muscles du visage, une consolidation de la mâchoire mal positionnée, ou encore une lésion des dents. Des opérations ou traitements complémentaires seront à prévoir dans ces cas exceptionnels.

 

Résultat

Après une ostéotomie maxillaire, la convalescence dure 2 à 3 semaines en moyenne, avec un arrêt de travail pouvant aller jusqu’à 5 semaines. La consolidation osseuse s’obtient au bout d’1 mois et demi en moyenne. Une bonne hygiène dentaire est indispensable afin d’éviter les complications, et des bains de bouche sont prescrits afin de complémenter le brossage. De plus, il est fortement recommandé d’arrêter la consommation d’alcool et de tabac jusqu’à la fin de la cicatrisation.

Suite à l’intervention d’ostéotomie maxillaire, le patient retrouve un visage plus harmonieux, esthétique et symétrique, avec un meilleur positionnement du maxillaire et une occlusion dentaire normale. Toute gêne fonctionnelle préexistante, liée à ce mauvais positionnement, disparaît : le patient retrouve un plein confort de sa mâchoire, et en prime, un joli sourire.

Le Docteur Flore Roul-Yvonnet

Le Docteur Flore Roul-Yvonnet, chirurgien maxillo-facial (Paris 14), est spécialisée en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie. 

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Notez-la

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de votes : 11

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?